fbpx
perception

La perception

La perception, activité par laquelle nous appréhendons notre environnement. Elle peut être consciente ou inconsciente, appelée aussi “implicite”, “subliminale” comme dans le cas de “l’inconscient collectif” par exemple. Question de point de vue, d’interprétation en lien avec nos cadres de références, notre système de croyances, nos opinions et sentiments qui conditionnent nos actes et comportements. 

Quel chemin pouvons nous emprunter pour reprendre un peu plus le contrôle de notre vie ? C’est une nouvelle piste de réflexion que je vous propose d’explorer aujourd’hui. 

Avant la pause estivale, j’abordais au travers des Mots, la thématique du conditionnement et de nos croyances limitantes, cet ensemble de faits, d’opinions, de sentiments émanant de nos parents, de notre entourage, des médias, de nos lectures….. Au même titre qu’un sportif va s’entraîner à réagir plus rapidement à certaines situations (action volontaire et positif de sa part) ou qu’un animal sera conditionné à réagir à certains stimulis, nous sommes “entraînés”, si nous n’y prenons garde, à réagir selon des “modes automatiques” (donc de manière inconsciente) aux situations que nous rencontrons. Si nous avons choisi et développé nous mêmes nos “modes automatiques”, cela peut être tout à fait positif, mais si nous fonctionnons selon des “programmes obsolètes” créés par ces conditionnements dont je parlais, alors il nous revient de faire une mise à jour de nos programmes afin de reprendre le contrôle de notre vie. 

Il convient à ce stade de faire un rappel de ce que sont les faits, les sentiments, les opinions.

Un fait est un acte, un événement, un état observable, vérifiable…

Un sentiment, du verbe Sentir. C’est un ressenti personnel, une sensation liée à une émotion, expression de ce que l’on ressent. Il est parfois difficile d’exprimer ce que nous ressentons, et pourtant savez vous qu’il n’existe que 4 émotions fondamentales : la peur, la tristesse, la colère et la joie. Vous pourrez donc expérimenter à l’avenir d’exprimer ce que vous ressentez en écoutant ce qui pré-domine au fond de vous. Nous reviendrons dans un prochain article sur ces 4 émotions de base.

Une opinion est un jugement faisant appel à un système personnel de valeurs, de croyances, et donc opposable à un autre système de croyances. Ici se pose de savoir si notre système de croyances nous appartient, que nous l’avons créé consciemment, ou qu’inconsciemment nous agissons selon des conditionnements. Notre mental (notre ego) va bien entendu répondre clairement à la question : c’est moi qui décide, donc je ne subis aucun conditionnement, bla bla bla….

Je parlais en introduction de “l’inconscient collectif”, cette ensemble de “pensées” admises comme vraies. Le médecin psychiatre Carl Gustav Jung le décrit de cette manière :  “il existe un second système psychique de nature collective, universelle et impersonnelle qui est identique chez tous les individus. Cet inconscient collectif ne se développe pas individuellement, mais est hérité. Il se compose de formes préexistantes, les archétypes, lesquels donnent un sens aux contenus psychiques”. Ce que nous pouvons également traduire par “des fonctionnements humains, communs ou partagés, quels que soient les époques et les lieux, et qui influencent et conditionnent les représentations individuelles et collectives.” (wikipédia)

Connaissez vous la théorie du 100ème singe ? Suite à l’observation par des scientifiques japonais des comportements d’une tribu de singes sur une île, il est apparu au cours de quelques années un changement de comportement par mimétisme de toute la tribu, et même de tribus d’îles avoisinantes. 

Cette théorie indique que tout changement est possible lorsqu’un groupe de personnes adoptent de nouveaux comportements, un nouveau savoir ou un nouveau niveau de conscience, et qu’une fois “la masse critique” est atteinte (le fameux centième singe), toute une espèce aura acquis ce nouveau savoir sans qu’il y ait eu transmission visible. 

Ho’oponopono : C’est un “art” de vivre issu d’une tradition ancestrale et qui se pratique toujours à Hawaï, un rituel de pardon et de réconciliation avec un groupe, mais également avec soi même. Morrnah Simeona, dans les années 70, proposa un enseignement issu de cette tradition afin de l’adapter au monde moderne et occidental. 

Elle aborde cette notion de “programmes obsolètes” sous forme de mémoires du passé, “la psychogénéalogie nous enseignant que les mémoires se faufilent de génération en génération”. 

Je terminerai aujourd’hui en vous parlant d’un ouvrage que je vous conseille : Le 5ème Accord Toltèque de Don Miguel Ruiz (qui reprend Les 4 Accords Toltèques du même auteur en apportant un éclairage nouveau avec ce cinquième accord). Outre les 5 principes de vie qui vous aideront à rompre avec ces mémoires du passé, vous y découvrirez une autre approche de cette notion de conditionnement au travers des symboles qu’est le langage, qui nous amène à une réflexion sur ce qu’est la réalité, qu’est que la vérité ou qu’est ce que le mensonge ?  

Si vous côtoyez uniquement des personnes tristes et négatives, vos pensées iront dans ce sens. Si au contraire vous côtoyez des personnes positives, qui vous ouvrent vers un nouveau niveau de conscience, alors vous participerez à créer “cette masse critique” qui fera évoluer l’humanité.

Le point commun de tout cela reste que nous sommes créateur de notre réalité

Mais surtout, ne me croyez pas sur parole, testez….